Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


firmée par des Français, des Allemands, des Anglais cultivés, parlant de leurs propres concitoyens.

La population laborieuse est trop occupée par le soin d’assurer son existence, soin qui absorbe toute son attention, pour s’intéresser aux questions politiques qui sont au fond du patriotisme : les questions de l’influence russe en Orient, de l’unité allemande, du retour fait à la France des provinces qu’on lui a enlevées, etc., ces questions n’intéressent pas le peuple, non seulement parce qu’il ne sait presque jamais les conditions qui les font naître, mais aussi parce que les intérêts de sa vie sont tout à fait indépendants des intérêts politiques. Un homme du peuple ne se souciera jamais de savoir où passera