Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


peuple russe, et, dans la grande masse de la classe laborieuse, je n’ai jamais vu, dans tout ce laps de temps, rien qui fût l’expression d’un tel sentiment patriotique, si l’on excepte, bien entendu, ces phrases patriotiques apprises dans les livres ou à la caserne, et que répètent les hommes les plus légers et les plus corrompus parmi le peuple. Je n’ai jamais entendu le peuple exprimer l’idée de patriotisme ; au contraire, j’ai toujours vu les hommes du peuple les plus sérieux et les plus respectables, témoigner une indifférence complète, et même du mépris pour les manifestations patriotiques quelles qu’elles fussent. J’ai observé la même chose parmi la classe laborieuse chez d’autres peuples, et mon observation m’a souvent été con-