Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


se servent ensuite de ce peuple comme de chair à canon ; l’autre était lui-même de cette chair à canon, qui nourrit et soutient les gens qui disposent de son sort.