Page:Tolstoï - Ma confession.djvu/230

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XIV


Il m’était devenu si indispensable de croire pour vivre que, sans m’en rendre compte, je me cachais à rnoi-même les contradictions et les obscurités de l’enseignement de la foi. Mais ma bonne volonté à trouver un sens aux cérémonies de l’Église avait une limite.

Si la prière liturgique devenait de plus en plus claire pour moi dans ses paroles principales, si je m’expliquais