Page:Touchatout - Le Trombinoscope, Volume 1, 1871.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bien de temps en temps la mèche, mais il conserva toujours le manche et resta surtout fidèle à la maxime. Il fut reçu avocat en 1844 et docteur en droit en 1846 ; jusque-là, ça va bien. — Il fut promu gendre de M. Liouville, bâtonnier de l’ordre, ça va encore bien ; mais il devint membre du conseil de surveillance du journal le Siècle et contribua à faire nommer Emile Ollivier député aux élections de 1857, ça ne va plus bien du tout. — En juin 1858, il fut lui-même élu député au Corps législatif par la quatri-me circonscription de la Seine, qui n’en est pas encore consolée. — Quoiqu’il se fût présenté comme candidat de l’opposition, il prêta serment à l’empereur avec l’aplomb d’un homme qui se dit : le serment politique est comme l’argent, il faut absolument le prêter à quelqu’un pour qu’il rapporte quelque chose. — Il entra donc à la Chambre, où pendant toute la législature il fit partie des fameux cinq. Ces cinq-là, on s’en souvient, passaient leur temps à houspiller l’empire, qu’ils adoraient au fond, comme le gymnasiarque adore le tremplin qui fait valoir sa légèreté. Les cinq réussirent pendant pas mal de temps à accomplir ce petit exercice de salon, qui consistait à sauter assez haut pour émerveiller la galerie tout en ne sautant pas assez fort pour casser le tremplin qui était leur gagne-popularité. — La galerie fut longtemps dupe de leur fausse hardiesse. À la Chambre, ils prenaient des élans magnifiques, des élans à enjamber d’un seul coup l’empereur, l’empire et toute la boutique, et ils sautaient… sur une chaise. Sauter sur une chaise à ce moment-là paraissait déjà beau, et le public s’y laissa attraper ; il ne devait apprendre que plus tard, par Rochefort, comment on saute quand on veut vraiment sauter, et comment, lorsque l’on est décidé à escalader quelque chose le lundi, on doit remettre au mardi la crainte de se casser les reins. — Ce ne fut que longtemps après, — et il était trop tard, — que les candides admirateurs des cinq reconnurent qu’ils avaient pris de la colle de pâte durcie pour du marbre, et que le faubourg modifia ainsi en faveur des cinq sa chanson populaire :

Ils étaient quatre
Qui voulaient se battre
Autant qu’le cinquième
Qui n’le voulait pas.

Ernest Picard, plus particulièrement, avait conquis les sympathies des Parisiens. Parisien lui-même, il avait le mot, le trait, la présence d’esprit, toutes qualités qui ne sont rien si elles ne sont pas doublées avec du cœur ; Ernest Picard ne les doublait qu’avec du ventre. — En 1863 et en 1869, M. Ernest Picard fut réélu sans contestation ; il avait d’ailleurs donné des arrhes platoniques à la démocratie en soutenant certains projets de réformes libérales, en feignant de se séparer d’Emile Ollivier et en revendiquant pour Paris, le conseil municipal élu, ainsi que toutes sortes de choses que l’on pouvait alors revendiquer sans courir le danger de les obtenir. — En 1868, M. Ernest Picard jugea le moment venu de devenir tête de colonne et de préparer à son tour cette savante évolution qu’avait exécutée devant