Page:Touchatout - Le Trombinoscope, Volume 1, 1871.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans les wagons du chemin de fer du Nord ; il fait la navette de Bruxelles à Versailles et n’est jamais ni à Versailles ni à Bruxelles ; le train express lui sert de contenance, et la contenance d’un homme d’État de la force de M. Picard, c’est de n’être nulle part, de ne rien voter pour pouvoir répondre le lendemain du jour où quelque chose de grave se sera passé : Ah !… je ne sais pas, j’étais en chemin de fer. Cependant M. Picard tente depuis quelque temps d’attacher la dernière guenille de sa popularité à un acte marquant ; il veut à toute force proposer à Versailles de reconnaître la République ; je vous demande un peu si ça le regarde. Ajoutons bien vite que si jamais on baptise la République avec Ernest Picard pour parrain, il n’y a plus aucune raison pou que Henri V refuse de se laisser sacrer par Mottu.

Au physique, M. Ernest Picard est bien le même homme qu’au moral ; on ne gagne rien à entrer dedans ; tout est à la porte. — Il est gras, il est rond, il est ventru, il est lippu, l’œil est enjoué et malin ; mais on voit tout de suite que le peuple ne doit compter sur des hommes de cette trempe-là pue le jour où les gouvernements se renverseront en jetant un calembour dessus ; nous n’en sommes pas là. — M. Picard a vendu de l’opposition pendant quinze ans, parce qu’il a trouvé le commerce facile, et un grand débit de sa marchandise — Personne en France plus que lui ne regrette le bon temps du tyran où l’on pouvait, avec de la précaution, rester l’idole du peuple et le croquemitaine en carton du pouvoir. Cette douce industrie est perdue pour longtemps ; les Delescluse, les Vermorel, les Flourens et autres l’ont tuée, en prouvant au peuple que lorsque l’on s’est trompé avec lui, on meurt avec lui. — Ce qui n’est pas tout à fait la même chose que d’avoir trompé la France et d’en faire pénitence en allant la représenter à Bruxelles.

Février 1872.

NOTICE COMPLÉMENTAIRE

DATES À REMPLIR
PAR LES COLLECTIONNEURS DU TROMBINOSCOPE

M. Ernest Picard engraisse le... 18... il continue à engraisser le... 18... persiste à engraisser le... 18... s’entête à engraisser le... 18... s’acharne à engraisser le... 18... et s’éteint doucement le... 19... en murmurant ces paroles saintes : Pour faire un bon marchand d’opposition, tire-li faut... tire-li faut... taper sur la tête de turc... mais ne pas l’abîmer pour qu’elle serve longtemps.


Le Trombinoscope paraîtra régulièrement chaque jeudi (une biographie).

Ont déjà paru :

    1. Jules Favre.
    2. Thiers.
    3. Gambetta.
    4. Le comte de Paris.
    5. Le comte de Chambord.
    6. Trochu.
    7. Bismark.
    8. Le prince Napoléon.
    9. Pie IX.
    10. Eugénie.
    11. Napoléon III (d. f.)
    12. idem.
    13. Guillaume Ier.
    14. Jules Simon.
    15. Rochefort.
    16. Haussmann.
    17. Pouyer-Quertier.
    18. Rouher.
    19. Duc d’Aumale.
    20. Garibaldi.
    21. Dupanloup.
    22. Littré.
    23. E. Picard.


LA BIOGRAPHIE, 15 CENTIMES. — PROVINCE, SOUS ENVELOPPE, 20 CENTIMES.

Pour les collections, s’adresser au bureau de l’Éclipse, 16, rue du Croissant.

Le dernier Trombinoscope (Littré) a été par erreur numéroté 18. Il devait porter le numéro 22.


PARIS. — IMP. VALLÉE, 16, RUE DU CROISSANT.