Page:Toulmouche - Histoire archéologique de l'époque gallo-romaine de la ville de Rennes.djvu/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
252


Il est à désirer qu’on contiaae, flans la direcUoD de Sens, de -Trembh) 4*1 d’Anlrain (I), les recherches entreprises, il ; a quelques années, aiin lie bien coaslater sa direction.

J’ajouterai qu’avant d’arriver à ATranches, on a trouTe, il y a trois ans, an Pont-aux-Beaux, lorsqu’on en élargit les arches, à un endroit de la petite rivière la Celune probablement très-voisin du point oii la voie romaine devait la traverser, une très-grande quantité de pièces romaines au dessous de ces arches, de mâme qu’en amont et en aval^ elles étaient d’une très-belle coos^ration ; H. Gorbe en possède une de Néron (H. B.) qu’il m’a montrée et qui lui a été donnée par l’un des OUvria-s qui 1rs découvrirent. On y voit, au revers, un Génie sacrifiant sur on petit autel, et, autour, on Ul GENIO. ÀVGVSTI.

Cette voie rejoignait^elle s Feins celle d’Atauna, comme l’ont prétendu le président de Robien et Caylus, ou continuait-^e a se diriger sur Condatt ?

J’ai déjà répondu négativement ii la première question. Quant à la 

seconde, je (3x>iB qu’elle doit être résolue d’une manière affirmative. Je me fonde pour cela, sur ce que le fragment qu’en a reconnu H. Bizeul, à l’Est de BettoD, et qu’il attribue à tort à la voie A^Àlauna, appartenait très-certainement à celle dont je parle, et sur ce que sa direction porte sur Bennes, on tout me fait croire qu’elle arrivait, malgré qu’on n’en ait retrouvé aucunes traces dans son voisinage.

Lorsque j’écrivais ces lignes, et qu’à la page 231 j’admettais seulement la probabilité de cette voie, j’étai» loin de penser que deux mois plus tard, cette présomption serait convertie eu certitude, et que cette route [1 ) Une voie désignée dans le cartulaire de Saint-Melaine, au xni* siècle, wua le nom de via pubNéa, que bornait un terrain donné par les religieux de Saint-Melaine aux moines de l’abbaye de Savigné située â vingi kilomètres au Nord-Est de Fougères, était sansdoutficelle romaine i^higena. En effet, elle passait prés de RuAordma qui, suivant Ogée, est Saint-Ouen-de-la-Roirie, i trois kilomètres à l’Est d’Antrain, où existe encore la terre et le château de la Hoirie {Kctimnmre dOgés, Tom fV, page 3S2. — F. Dueange, Kohabia, Boahia, page U66), point qui est bien dans la dÎFectian que cette voie devait suivre de Rennei A Avrauches. Si l’on ajoute, comme une très-bonne indication, qu’nn village qui porte le nom de BottM-Voie se trouve dans le voisinage, on ne conservera guères de doutes à cet égard. Vùci du reste et passage du cartulaire : ° Quamdam pecùmi l«rtie tiUm jimtA Eoharderiim > Tuam habiiaitl (les moines de Sainl-Melaine) ibUem «I pratum eum ritww ntum Manticfont D Urram et M«r diclam vîam publicam. s {Cartul. Sancti Meleni, foi. 23, atmo AUi.)