Page:Tourgueniev - Mémoires d’un seigneur russe.djvu/139

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


D’UN SEIGNEUR RUSSE. 123

et lui, il les fera tous loucher, et loucher de telle sorte qu’ils se taperont, se bûcheront, se garrotteront les uns les autres. (es-tu, maintenant ?Ah ! ce n’est pas tout ; il se laissera pousser dans la prison ; en bien, on le tient, on le garde a vue ; il lemande à boire un peu d’eau ; on lui apporte de l’eau dans me tasse de bois, et lui, alors, se recroqueville en l’air, plonge ont entier dans la jatte.... et cherche-le à présent ! ! ! On le ’ zharge de fers, il se secoue un peu, et les anneaux brisés oulent autour de lui. Ce même Trichka, vois-tu, courra les rameaux, les grands villages et les villes, et ce sera un homme etors ; il scandalisera et aiïolera le bon peuple, et il n’y aura ien à entreprendre contre lui.... oui, oui, ça sera un être nalin, rusé, très-mauvais.

—C’est vrai, reprit Paul, sans animation et sans hâte ; c’est nien ça ; c’est ce Trichka justement qui était attendu chez nous. ies vieillards disaient : « S’il y a vraiment le félomèle célesse lont parlent les bârines, en bien ! Trichka paraîtra pour ûr. » Le félomèle commença donc : tout le peuple sortit des naisons, et on se répandit dans la rue, sur les chemins, aux hamps ; on attend, on veut voir ; chez nous l’endroit est découvert, le terrain haut.... Pas un œil n’était fermé.... ïoilà que du côté de la slobode, sur le sentier du versant ju’on appelle le Raccourci, paraît tout là-haut, puis comnence à descendre on ne sait quel homme étrangement fait, a tête grosse et haute comme tout le corps.... On regarde, •n clignote, on se regarde, et tous de crier : « Ohi ! ohi ! •hi ! Trichka ! Trichka ! » Et de se jeter de tous côtés ; arr brr brr... comme des rats. Notre staroste (l’ancien) e plongea dans le fossé jusqu’au menton ; sa femme alla se glisser ventre contre terre sous le bas de sa porte cochère, zriant comme une possédée, si bien qu’elle effaroucha son zhiende basse-cour ; il rompit sa chaîne, se jeta dans leardin, franchit la clôture et gagna le bois ; le père Kouznine se jeta dans les avoines, s’y accroupit et se mit à imier tant qu’il put le cri de la caille. · L’ennemi des âmes, ’enragé diable n’en voudra peut-être pas à un pauvre oiseau des blés ! ·• pensait-il. Voila comme tous étaient ahuris et la tête à l’envers.... Eh bien ! ûgurez-vous ; cet homme qui L