Page:Tourgueniev - Mémoires d’un seigneur russe.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


INTRODUCTION


Le livre de M. Ivan Tourghenief, dont nous donnons ici la traduction, a été publié en russe à Moscou, en 1852, sous le titre, que nous avons cru devoir modifier, de Mémoires ou Journal d’un chasseur (Zapitski Okhotnika). Mais si le livre est devenu, dans notre traduction, les Mémoires d’un seigneur russe, c’est pour prendre avec ce titre le caractère de témoignage de l’aristocratie russe sur la situation réelle du pays qu’elle domine. Quelques parties de l’ouvrage avaient paru par fragments dans une revue littéraire du pays, intitulée : le Moscovien ou le Nouvelliste de Moscou. Ces épisodes, où la vérité expressive des mœurs se détachait sur un fond descriptif plein de suavité et de fraîcheur, avaient vivement frappé l’attention, quoique venant d’une plume encore inconnue et qui n’avait pas fait ses preuves devant le public. Cependant on était loin de prévoir l’impression que produisit la réunion de ces morceaux, lors qu’ayant été mis en volume et complétés dans leur ensemble, on put saisir la donnée supérieure qui s’en dégageait, et qu’on vit s’y manifester la pensée intime de l’auteur ou plutôt l’inspiration sociale à laquelle il avait cédé involontairement.

En effet, la série de ces chapitres, s’éclairant et se forti-