Page:Tournefort Voyage Paris 1717 T2.djvu/485

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


favorise autant qu’il peut ce commerce ; ceux de Julfa payent la doüanne de tout ce qu’ils font entrer en Moscovie, mais ils ne payent rien des marchandises qu’ils font passer de Moscovie en Perse. Voici le chemin qu’ils tiennent pour aller et venir. D’Hispaham ils font porter leurs marchandises à Tauris, à Schamakée et à Nosava Port sur la mer Caspienne à trois journées de Schamakée. On embarque à Nosava la soye et les autres marchandises de Perse et du Mogol pour les faire passer à Astracan. D’Astracan on les transporte par terre à Moscou, et delà à Archangel qui est le dernier Port de Moscovie sur l’Ocean septentrional. Les Anglois et les Hollandois y font un grand commerce ; on y embarque les marchandises pour Stokolm, et delà par le Détroit d’Elfeneur on les fait passer en Hollande et en Angleterre.

Frideric Duc de Holstein, comme dit Olearius, fit bâtir la ville de Fridericstad dans le Duché de Holstein, pour y êtablir un commerce de soye plus considérable que tous ceux qui se font en Europe. Pour cet effet il résolut d’entretenir correspondance avec le Roy de Perse afin d’en faciliter le transport par terre ; mais cela ne se pouvant faire sans la permission du grand Duc de Moscovie, il jugea à propos en l’année 1633. de lui envoyer une Ambassade solemnelle, à laquelle il nomma Crusius l’un de ses Conseillers d’Etat, et Brugman Marchand d’Hambourg ; ce dernier par son mauvais procedé joint aux dangers qu’il y avoit à essuyer en passant chez les Tartares du Dagesthan, fut cause que l’établissement des soyes échoüa ; convaincu ensuite de malversations, il fut condamné à mort et executé à Gottorp le 5. May 1640. Les Hollandois qui ont voulu depuis ce temps-là se rendre les maîtres des soyes de Perse qui viennent à Astracan, sont obligez d’en prendre une certaine quantité tous les