Page:Tremblay - L'hôpital public d'Ottawa, 1921.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
20

dernière épidémie, de grippe espagnole a prouvé l’insuffisance de nos moyens hospitaliers, car il a fallu ouvrir des salles dans toutes les parties de la ville. Si le nombre des lits d’hôpital avait été à Ottawa et à Hull proportionné aux besoins ordinaires de la population, il n’y aurait pas eu lieu de créer des camps d’isolement. Et observons bien que pendant l’épidémie, les Sœurs Grises de la Croix ont soigné plus de cinq cents contagiés. Tout l’hôpital avait été affecté aux malades : il y avait des lits partout où l’espace pur et simple le permettait ; de plus les religieuses avaient fourni la lingerie et la pharmacie à plusieurs hôpitaux d’urgence, et ces services divers n’ont jamais coûté quoi que ce soit à la ville ou au public. Ce sont là des choses qu’il faut savoir.

L’hôpital de la rue Water appartient à l’Association catholique des hôpitaux de l’Amérique du Nord, dont le Père Moulinier, de la Compagnie de Jésus, est président. L’Association compte aujourd’hui 674 hôpitaux répartis dans tout notre continent, et ces institutions représentent la bonne moitié des services hospitaliers d’Amérique septentrionale. Notre hôpital est donc en bonne posture. S’il demande aujourd’hui de l’aide, c’est que les besoins du public grandissent avec la population.

L’aile nouvelle, conforme à l’architecture intéressante de l’édifice actuel, apportera les appoints indispensables que voici :

De l’espace pour cent cinquante patients couchés, ce qui soulagera l’aménagement actuel, et permettra à l’hôpital de prendre soin de tous les malades qui se présenteront.

Deux nouvelles salles modernes d’opération, complément des deux salles actuelles constamment en service ; l’une des salles nouvelles sera exclusivement affectée aux enfants, et l’autre sera réservée aux opérations extraordinaires.

Un logement nouveau, plus grand, pour les infirmières postulantes, ce qui procurera à ces dernières de meilleures conditions de vie et de préparation, et facilitera l’entrée d’un nombre plus considérable de gardes-malades.

Un département plus vaste et plus moderne pour les enfants ; il remplacera le local actuellement encombré de ce service essentiel.