Page:Tremblay - L'hôpital public d'Ottawa, 1921.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
19

Saint-Charles. L’hôpital ne reprit ses fonctions ordinaires qu’en 1871. Une seule fois dans son histoire l’équilibre financier fut atteint — en octobre 1891. L’aile droite était construite en 1897 par M. Fauteux. En 1899 on commençait les cours des infirmières, et trois ans plus tard, on affectait aux gardes-malades une aile spéciale, devenue insuffisante aujourd’hui.

À l’heure actuelle, l’hôpital compte soixante-cinq infirmières et vingt-neuf religieuses affectées au seul service des malades. Ce personnel est également réparti entre gens de langue française et de langue anglaise. Le corps médical comprend dix-huit médecins, et douze associés. Au cours de l’année, plus de quatre mille cinq cents patients ont été traités. La moitié d’entre eux étaient ce qu’on appelle des « patients gratuits ». Comme on le voit, le budget des 207 lits est assez obéré par ces services. On se fera une idée des frais généraux en songeant que les sœurs ont placé un million dans les différents départements de l’hôpital depuis 1845. Une seule fois on a fait appel en leur nom au public d’Ottawa. En 1880, le docteur Coyteux-Prévost demanda de l’aide, mais sa prière resta absolument sans réponse.

Le but de la campagne actuelle n’est pas de payer les quelques dettes que l’incendie de 1918 augmentait assez lourdement. On veut agrandir l’hôpital en lui donnant une rallonge de 250’ x 47’ x 70’. Les frais de construction, d’aménagement, d’outillage, se chiffrent, avec la dette citée, à $606000. Les Sœurs Grises souscrivent la moitié de cette somme, et elles demandent le résidu au public, pour hâter la construction, désormais indispensable.

Chaque jour des malades sont refusés faute de place. La situation peut s’aggraver et, s’il survenait une épidémie ou une catastrophe, personne ne sait comment les services hospitaliers de toute la ville pourraient l’affronter. Une statistique s’avère : un pour cent de la population urbaine a constamment besoin de l’hôpital. Or la ville d’Ottawa compte 135000 habitants ; la ville de Hull a 32000 âmes, et le district que notre institution dessert groupe au delà de 200000 personnes. Il faudrait donc au moins 2000 lits dans nos hôpitaux, alors que Hull et Ottawa en ont à peine 600. N’oublions pas que les patients viennent, rue Water, du Témiscamingue et de Maniwaki, de partout. La