Page:Trevoux - Dictionnaire, 1732, T01, A.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
PREFACE xiij


des Belles-Lettres ; & à Mr. de Jussieu, Docteur en Médecine de l'Académie des Sciences, & de la Société Royale d'Angleterre, Professeur de Botanique & Démonstrateur des Plantes au Jardin Royal : le premier a donné une quarantaine de remarques ou d'additions dignes d'un habile Académicien. Le second a revû une grande partie des articles qui concernent la Botanique ; & il eût continué jusqu'à la fin, si les voyages que feu S. A. R. Monseigneur le Duc d'Orleans, Régent du Royaume, lui ordonna de faire pour la perfection de la Botanique & l'ornement du Jardin Royal, ne l'en eussent détourné

Il nous reste à parler des fautes qui pourront se trouver dans ce Dictionnaire. Quelque exactitude qu'on y ait apportée, on ne se flate point que dans six volumes aussi gros que ceux-ci, & d'une aussi longue haleine, chargés de tant de matieres différentes, il ne soit rien échapé qui ne soit juste & exactement vrai. Nous passons nous-mêmes condamnation par avance sur tout ce que l'on y découvrira de fautes bien prouvées : nous aurons une véritable & sincere obligation à quiconque voudra s'en donner la peine ; & en faveur du service qu'il rendra au Public, & dont les Editeurs futurs pourront profiter, & du plaisir qu'il nous fera à nous-mêmes de nous instruire, nous lui passons dès à présent toute l'aigreur dont il pourroit l'assaisonner. Il peut s'assûrer que nous porterons sur cela l'indifférence jusqu'à l'insensibilité. Sans répondre à rien, nous abandonnerons au Public tous nos intérêts & le soin de juger qui a raison, & à nos successeurs, celui de recueillir les suffrages, & de nous justifier ou de nous redresser, s'il le faut, dans une autre édition.

Du reste, dans un Ouvrage de la nature de celui-ci, on ne doit point regarder comme des fautes, le manque d'uniformité, & les contrariétés d'opinions qui peuvent s'y rencontrer. Nous rapportons ce qu'ont pensé sur les sujets qui se présentent, ceux qui les ont traités, & qui souvent se contredisent les uns les autres. Nous ne sommes peut-être pas nous-mêmes d'un même sentiment sur tout. Cette variété, loin d'être un défaut dans ce Livre, fait une partie de son agrément & de son utilité.

On a corrigé dans cette édition toutes lezs fautes masquées dans la Préface de la précédente. On y trouvera aussi dans leur ordre naturel, tous les articles compris dans les additions aux lettres P. T. V. Z. de la précédente édition. A l'égard des autres fautes d'Impression, nous attendons tout de l'indulgence des Lecteurs. Heureusement les Ouvriers se sont peu trompés dans les langues étrangeres, où il seroit plus difficile de corriger leurs méprises. Il y a cependant quelques dictions orientales, quelques mots grecs, & quelques accens où ils ont failli, mais qui ne sont de nulle conséquence. Ce peu de fautes, qu'il est impossible d'ailleurs d'éviter, ne diminue point le prix & le mérite d'un Livre ; & l'on admirera plutôt que des Ouvriers ayent pû n'en pas faire davantage, qu'on ne s'étonnera qu'ils en ayent fait ; & ce sera une preuve du soin & de la dépense qu'on a faite, pour n'en choisir que de bons. Enfin, nous pouvons dire en finissant, que nous souhaitons n'avoir point d'autres reproches à essuyer, & que nous serons parfaitement contens, si le Public paroît l'être de nos travaux.


Trevoux - Dictionnaire, 1732, T01, Préf3.png