Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 34 —


le chant (l’air de Tokiwazu)

Si l’on s’entête, on en garde un regret ineffaçable.


la vieille femme

Le prévoyez-vous, ce regret ?


le vieil homme

Oui, sans doute.


la vieille femme

Non. Vous êtes trop dur ! On se détache d’un objet sans vie. Mais peut-on délaisser un fils, cette autre partie de soi-même, pour une colère d’un jour ?


le chant (l’air de Tokiwazu)

Le miroir auquel je suis accoutumé, je ne peux l’abandonner. Même s’il est usé, même s’il est fêlé et reflète mal mon image. N’est-il pas toujours mon miroir ? Et s’il s’est obscurci par mon manque de soins, ne serais-je pas doublement coupable si je le rejetais ?

(Pendant ce chant, le mari se dispose à partir. Sa femme le supplie de rester.)

la vieille femme

Au moins une dernière fois, je vous en supplie, donnez-lui vos conseils.

(Le mari s’assied silencieusement au bord du bateau, et reste pensif.)