Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 35 —


le vieil homme

Je ne voulais plus voir son visage, mais puisque vous me suppliez ainsi…

(Il se tourne vers la mer et montre du doigt la lune qui descend dans le ciel du côté de l’ouest.)

le vieil homme

J’attendrai jusqu’au coucher de la lune ; s’il revient alors, à cause de vous, je le reverrai.


la vieille femme

Et au moins, une dernière fois…


le vieil homme

Je lui donnerai des conseils. Reste à savoir si cela produira quelque effet ?


tous les deux

On ne sait.


le chant (l’air de Takémoto)

Le lien qui relie le fils aux parents dans ce monde de phénomènes est bien faible.

(La vieille femme remplie de douleur s’accroche à la manche de son mari avec des gestes de désespoir. Puis elle se tourne vers la mer.)

la vieille femme

Voyez, une barque arrive du large.