Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 40 —

d’abord fais-moi connaître cette vision dont tu parlais tout à l’heure.


le chant (l’air de Takémoto)

C’est elle qui écarte le fils des parents.


le père

Qui est celle qui te hante ? D’où vient-elle ?


le chant

C’est la mère qui les réconciliera, le père et le fils.


la mère (doucement)

Dis-le, bien vite.


le père

Je l’exige.


ourashima

Je ne sais, je ne sais.

(Il se lève et repousse du geste son père et sa mère.)

le chant (l’air d’Itchu)

La vision n’est que vision. Et l’homme ne verra jamais son image adorable.

(On dirait qu’Ourashima en extase poursuit cette vision des yeux. Il s’éloigne vers la gauche. Le bruit du vent et des vagues se fait entendre de plus en plus violent.)

le chant (l’air de Takémoto)

Quoi, l’homme ordinaire ne peut la voir, à ce que tu dis ?

(Le père, ne pouvant se dominer, saisit alors Ourashima par la poitrine. La mère se jette entre eux pour les écarter.)