Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 51 —

ACTE DEUXIÈME


Scène PREMIÈRE

un poisson rouge, des poissons mâles et femelles, d’autres poissons


Un air de musique doucement modulé accompagne le chant des vagues. Le rideau se lève, la scène représente un jardin sous-marin au fond de l’océan. De tous côtés croissent des plantes dont les tiges et les feuilles flottent et ondoient légèrement au fil de l’eau, comme de longs écheveaux dévidés.

Çà et là s’élèvent de grandes roches sombres couvertes d’algues et de coquilles. Parmi les feuillages rouges et bruns, parmi des fruits d’argent, de nacre ou de cristal, des poissons des sortes les plus diverses, nagent. La musique entame un air de danse, la foule des poissons arrive en dansant.

Un poisson rouge entre à gauche…


le chant

  Pakkouri, Pakkouri,
  Tsoui-tsoui… Yokkouri,
  Pakkouri, tsoui-tsoui.


(Un poisson femelle paraît à droite et danse avec un poisson mâle, une danse amoureuse.)
(Une musique s’élève qui semble venir du fond de la mer. Les poissons se rassemblent, puis se séparent en deux bandes qui tantôt s’éloignent, tantôt se rapprochent, comme un éventail qui s’ouvre et se referme. Le poisson rouge écarte les deux poissons qui dansaient.)