Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 60 —


Scène V

ourashima, otohimé, deux jeunes suivantes


Le toit du palais va disparaître, la musique cesse, une troisième chanson de matelot reprend tout à coup.


la chanson (l’air de Ohiwaké)

  Parents, envoyez vos enfants
  Dans des pays lointains ;
  Car ils y feront des expériences
  Pénibles ou douloureuses,
  Mais qui leur sont profitables.


(À la fin de cette chanson, les plantes marines réapparaissent flottant à droite et à gauche. Le toit du palais va s’enfoncer complètement, lorsque, sur le toit, se montrent trois personnes ; Ourashima, debout ; Otohimé, agenouillée ; et une jeune suivante.)
(La scène représente à nouveau le fond de l’océan. Ourashima, vêtu comme au premier acte, a sa canne à pêche sur l’épaule. Otohimé le retient par la manche. La suivante porte une petite boîte. Ourashima détache doucement la main d’Otohimé et fait quelques pas. Otohimé se lève lentement et le suit.)

ourashima

Vous dites qu’après notre séparation, il ne nous sera plus possible de nous retrouver… À vous entendre, mon cœur me fait mal comme s’il se brisait… Pourtant, le désir de revoir mon pays est plus fort que tout. Je ne peux plus rester ici.