Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 81 —


les enfants

Il est fou, il est fou.


tous les paysans

Il est fou, il est fou.

(Ces cris sont répétés à plusieurs reprises, accompagnés par la musique.)
(Ourashima relève tristement la tête.)
(La musique cesse. Le chant recommence.)

le chant (l’air de Nagaouta)

Ô ! tristesse ! Les âmes de mes parents morts ne répondent plus à mon appel… Seules les vagues de lamer s’avancent avec un bruit sonore.

(La musique reprend doucement.)

le chant (l’air envolé, pour les enfants)

Il est fou, il est fou.


le chant (pour Ourashima)

Je me souviens maintenant du conseil de la princesse de la mer.

(La musique devient de plus en plus sonore.)

le chant (pour les enfants)

Il est fou, il est fou.


le chant (pour Ourashima)

Les enfants ont raison qui se moquent de moi comme