Page:Un été à la campagne, 1868.djvu/132

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
123
LETTRE DIX-NEUVIÈME


On se lasse de tout ; la lutte dut se clore
Quand le jour radieux apparut à son tour.
Épuisé, languissant, les yeux chargés d’amour,
Des baisers de la nuit la lèvre humide encore,
Le couple entrelacé put voir lever l’aurore,
Et vertueusement saluer son retour.