Page:Vandervelde - Les Crimes de la colonisation capitaliste.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les Crimes de la Colonisation Capitaliste

Interpellation de Vandervelde au Gouvernement


Messieurs,

La question que j’ai l’honneur de porter devant la Chambre n’est pas une question de parti ; elle est indépendante également de l’opinion que chacun de nous peut avoir sur les avantages ou les inconvénients de la colonisation en général. Je voudrais, en faisant cette interpellation, pouvoir oublier mes convictions républicaines, comme je voudrais vous voir faire abstraction de vos convictions monarchistes ; il s’agit exclusivement, en effet, de savoir si le système d’exploitation qui sévit au Congo n’entraîne pas des conséquences néfastes à la fois pour les indigènes qui en sont victimes et pour la Belgique qui en est la prétendue bénéficiaire.


Nos interpellations antérieures.


À plusieurs reprises déjà, j’ai porté cette question devant la Chambre ; je l’ai tait en 1895, lorsqu’on réclama de nouvelles avances, pour rembourser un emprunt que la Belgique n’avait, pas autorisé. D’accord avec l’honorable M. Lorand, je revins à la charge en 1900, puis en 1903 et, à deux reprises différentes, en 1905.

Vous savez ce qu’en ces diverses circonstances, on