Page:Variétés Tome II.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Accident merveilleux et espouvantable du desastre arrivé le 7e jour de mars de ceste presente année 1618, d’un feu inremediable, lequel a bruslé et consommé tout le palais de Paris1. Ensemble la perte et la ruyne de plusieurs marchands, lesquels ont esté ruynez et tous leurs biens perdus.
À Paris, chez la vefve Jean du Carroy, rue S.-Jean-de-Beauvais, au Cadran.
M. DC. XVIII.

Messieurs, l’auteur, estant curieux de vous faire entendre une chose prodigieuze et espouvantable, laquelle est du tout digne de memoire et remarquée de plusieurs hommes de qualité, tant spirituels que temporels, voyant un accident arriver au meilleur morceau de


1. On connoît, à propos de cet accident, la fameuse épigramme si fréquemment attribuée à Théophile, et qui est en réalité de Saint-Amant :

Certes, ce fut un triste jeu
Quand à Paris dame Justice,