Page:Variétés Tome II.djvu/325

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le Hazard de la Blanque renversé, et la consolation des marchands forains.
À Paris, chez la vefve d’Anthoine Coulon, ruë d’Escosse, aux trois Cramaillères.
M. D. C. XLIX.
Avec permission1.
In-4.

Un fameux bourgeois de cette ville de Paris, qui ne fut jamais riche que par le hazard de la blanque2, et heureux qu’à cause qu’il n’est pas sage, m’entretenant, un des jours de la semaine, des mal-heurs du temps et des calamitez que cause la guerre, respandant


1. Cette pièce, selon M. Moreau, est une des satires les plus piquantes de la Fronde. « Je m’étonnerois, dit-il, de ce qu’elle a été publiée avec permission, si je ne voyois qu’elle date à peu près du temps de la conférence de Ruel. » (Bibliogr. des mazarinades, t. 2, p. 43, nº 1619.)

2. Ces blanques étoient des espèces de loteries où le billet blanc (blanque) perdoit, où le billet à bénéfices faisoit gagner les sommes et les bijoux dont il portoit la désignation. C’étoit, selon Pasquier, une importation italienne, et l’expres-