Page:Variétés Tome IV.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les Jeux de la Cour.
MDCXX. In-8.

Cessez de plus jouer à la rejouissance :
C’est un jeu sans plaisir et quy n’est pas heureux ;
Le reversis n’est bon que pour les amoureux,
Et la prime pour ceux quy sont pleins de finance1.
Le piquet à l’abort m’offence quand j’y pense ;
Au quatorze de may, quy fut si malheureux2,
Formant par un grand flux un point de consequence,
Quy depuis a ruyné et gasté nostre France.

J’ayme les quatre jeux modernes de la cour :
Nous y voyons un roy de mains en mains quy court,
La dame et le valet quy suivent en sequence,
Les deux roynes au pair, une seule à l’escart3.
Les princes joueront à tirer le bon bout.
Il n’y a apparence de demeurer en cour :


1. Les gens de finance, en effet, primoient tout alors.

2. Henri IV avoit été assassiné le 14 mai 1610.

3. La reine-mère, Marie de Médicis, avoit quitté la cour depuis 1617. — Le jeu de l’ecart, c’est l’ecarté.