Page:Variétés Tome IV.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Songe.
16161. In-8.

Porté sur les aisles d’un songe
Dans une ville de Xaintonge2,
J’ay veu ce que je vay compter :
Je vis un homme de la Chine
Quy, brullé d’encre sur l’eschine3,
Se faisoit riche à culetter.

Il estoit d’assez belle taille,
De poil tout propre à la bataille
De ce petit demon d’Amour ;
Sa fraize estoit à l’espagnolle,
Et sa moustache en banderolle
Chassoit aux mouches de la cour.



1. Cette pièce est l’une des plus curieuses et des plus rares qui aient été faites contre le maréchal d’Ancre. Nous ne l’avons pas trouvée indiquée à sa date dans le tome 1er du Catalogue de l’histoire de France.

2. Je penserois, d’après ce vers, que cette pièce fut faite par quelqu’un de la maison du duc d’Épernon, qui, en cette même année, avoit quitté la cour très mécontent du maréchal et s’étoit retiré dans son gouvernement de Saintonge.

3. Je n’ai pas besoin de faire remarquer l’équivoque qui se trouve dans ce vers.