Page:Variétés Tome VI.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


France dressent un estat de la valeur des finances dans le quel sont comprises toutes les charges estans tant sur les receptes particulières que sur la generale, les quels ils envoyent au conseil, c’est-à-dire au superintendant des finances.

Sur le dit estat l’on fait celuy du roy, qu’on appelle estat des finances ; mais ils se reiglent plus tost sur l’autre de Sa Majesté de l’année precedente que sur celuy des thresoriers generaux, et s’en envoye un aus dits thresoriers de France et un au receveur general des finances estant en exercice, avec commission sur l’un et sur l’autre pour le suivre de poinct en poinct selon la forme et teneur.

Dans l’un et l’autre des dits estats sont compris par le menu et par les eslections toutes les natures des deniers dont nous avons cy-devant parlé, ensemble les charges qui sont dessus et ce qui en revient de net à Sa Majesté, la quelle se paye tousjours par preferance, attendu que c’est là-dessus, ainsi que nous avons dit cy-devant, que sont fondées les despenses de son estat et de sa maison. Voyons donc ce que Sa Majesté fait estat de retirer ladite année 1620, et de chacune des susdites vingt et une generalitez, tant pour l’ordinaire que pour l’extraordinaire, qu’on appelle,

À sçavoir :

Premierement. — Recette de l’espargne.

De Paris, toutes charges desduictes, six cens quinze mil soixante et treize livres tant de den21.



21. C’est, sauf cent francs, la somme portée aussi sur