Page:Variétés Tome VI.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Que je n’ose entreprendre en ceste vie active

De travailler pour vous sans estre commandé.

D’ailleurs, j’ay ouy dire, ô prince magnanime !
Qu’on avoit fait entendre à Vostre Majesté
Que mon pauvre œuvre est mieux pour un pusillanime
Que pour un qui s’en sert quand Mars est irrité.

Que cela soit ou non, je ne sçaurois qu’y faire :
Le meilleur, en tous cas, c’est de patienter.
Si ores la Fortune est à mes vœux contraire,
Le temps la peut changer sans m’y violenter.

Ainsi, avec le temps, qui tout change et rechange,
Je pourray voir changer la fausse opinion
Que l’envie a craché sur un peu de louange
Que j’ay dans l’arsenal du frère d’Enyon14.

Toutesfois, s’il falloit me tenir d’ordinaire
À Paris, pour cela je n’y durerois pas :
Un triste mal, causé d’humeur atrabilaire,
Me fait hayr le bruit du monde et ses appas.

Mesme sur le declin de ma penible vie,
Où, me voyant fort pauvre et de vivre ennuyé,
Je crains plus les mocqueurs que je ne crains l’envie :
Car qui n’excelle en rien n’est de rien envié.

De plus, j’ay tant d’enfans qu’il me seroit estrange
De les conduire au loin ou d’en estre à l’escart,
Ny n’espère, où que j’aille, aucun gain ny louange,
Estant le plus grossier de tous ceux de mon art.



14. C’est-à-dire Mars. Enyo est le nom grec de Bellone.