Page:Variétés Tome X.djvu/179

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
La réjouissance des femmes sur la deffence des
tavernes et cabarets
.
À Paris, de l’imprimerie de Chappellain rue des Carmes,
au collége des Lombards
.
M.DC.XIII.
Avec permission1.
Pet. in-8º.

Ce n’est pas d’aujourd’huy que la prudence des hommes a esté surmontée par la force du vin, que le vin a rendu leurs actions ridicules, leur a faict perdre leur fortune, et leur a servy de honte et d’infamie.



1. La défense qui fait l’objet de cette pièce fort rare n’étoit pas chose nouvelle en 1613. Elle n’étoit que renouvelée comme la plupart des prescriptions du même genre, qui, formulées vingt fois, n’étoient pas le plus souvent observées une seule. De tout temps, notamment sous Henri III, cabarets et tavernes avoient été interdits. Au mois d’octobre 1576, Claude Hatton écrit dans ses Mémoires (t. II, p. 879) : « Renouvellement de la défense