Page:Variétés Tome X.djvu/5

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
L’Œconomie ou le vray Advis pour se faire bien servir,
par le sieur Crespin
1.
À Paris. — M.DC.XLI

À haute et puissante dame Madame la marquise de Lezay2.

Madame,

Comme je suis extremement obligé à vostre grandeur, qui m’a receu à vostre service au temps que j’estois delaissé d’une bonne partie de mes plus familiers amys ; maintenant que je respire le doux air qui s’exale


1. Nous ne savons rien sur le sieur Crespin, auteur de cette pièce très curieuse et fort rare. On verra seulement un peu plus loin qu’il étoit maître d’hôtel de la marquise de Lezay.

2. Noble dame d’une des meilleures maisons du Poitou, ancêtre du marquis de Lezay-Marnésia, littérateur agréable, qui fut député aux états généraux en 1789, et de son fils le comte de Lezay-Marnésia, préfet sous l’Empire. Mme de Lezay fut, à ce qu’il paroît, une dame accomplie, la « femme forte » de l’Écriture, comme le sieur Crespin le dira tout à l’heure. Bien qu’elle eût, à ce qu’il paroît, un grand train de maison, sa vie fit si