Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


r mas pneus. 7-] _ et fascines à la tête 'des sapes; ce [qui se fait par Pinterventionide celui qui comuande la tranchée , quilui fait fournir le monde'dont il et besoinl ' Le moyen d’être bien serviserait de donner six deniers de chaque fascine portee dela queue des tranchées à la tête des sapes , sur-lle-champ'à la ‘üu· des voyages, ou d’\me certaine quantité'; chaque soldat en peut aisément porter trois , et faire trois ` ou quatre voyages. Il faudrait par la même raison donner un sou·'des gnbions`; en observant cette petite libéralité, les sapes seraient toujours bien et aisément —servies. ‘ · · Il est encqre à remarquer que quand on a affaire àîîlgùz à des ennemis un peu éveillés, ils canonnent·la; gînîemozz tête- des sapes avant que votre canon tint, de ma- :•::ip•¤¤¤¤¢ nière que souvent on est obligé de les abandonner; — mais si on le fait de jour , on s'en dédornniage pen- dantlanuit I I ` t ' A mesure que`la `sapeavance, on fait garnir - celle qui est faite par les' travailleurs de la 'tran- ` chée qui Pélargissent , jusqu’à ce qu’elle aitdix à douze pieds de large sur trois de profondeur; pour lors elle change de nom., et `s’appelle tranchée, si elle sert de cheminpour aller à la place; mais on

(1) En posant quelques gabions à découvert danrle temps que le feu cet lent. I . _ ·