Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


' l22 u··nqun.. P1. rs., autant- que batteries _gm<>ç1;ç» ,_.llg\l1`ÈS , A gps ana. Cela fait., et les mortiersmuontés surlesplates-

 I:. formes,   faudra simplement tirer- auxjdéfenses

mb"' et battexiegnde place , et dans le centre aa; ' =ti¤¤¤s·¢=·~dü¤1î+T¤¤1¤¤—.¤ù 011 21¤=¤¤ faire- M ¤'¢¤r¤¤- 1 cLeniens,_et non-aux `maisons, parce que ce·sont aumntde eonps qui ne- contribuent en rien à la—pri5e ,.bien-éloigné de eela,_et le do1nmage.qn’orry—£aii_tqume~;t,onj0urs àpeéte pour le; Roi : e’est pourquoi 'il ·¢8C-’ÃéC;€·S9&l·I'¢· ÃQ FEB

 auibombardîers ce qg1’ils_ doivent but-

` . $13, leur défendre très-eipressément auxbàtimens. _. - A- _ . . .M0,RTIERS A PIERRES. · ·' _'

 Lespierricrs se doivent mettre bienjplus près

g¤;¤;¤«:_ le que lesbattexîes àbombes, Leur situation ,.quant .?v.) 'P' àla distance, se partagera en deux , dont la·prc·- mière sera entre _la troisième place d’armes et le pied du glacis, parceqxfils ne portent pas loin; et la deuxième, surlles angles. saillants ct ren- trans du chemin couvert , tant de la derni-lune que des bastionsi Il ne faut ànîceux-ci qu’un épaule- ment comme aux batteries à bombes; et plate- formertoutesimple , parce qu’il_ ne s’agit pas de soutenir l’e£ï`ort d*une grosse charge, aux mortiers. .. _ ·. 5