Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


158 _ urnqux _ pas toutes sortes de moyens pour maitriser et _ les en empêcher. . ' ` Soit donc qu’il fût sec ou plein d’eau., s’il s’en rencontre où l’on prévoie queicela puisse arriver, il faudra occuper toute la dcmi—lune iusqn’à la gorge , comme il a déjà été dit à son chapitre, et à p même temps faire un passage ouvert du chemin î couvert à la brèche vis·à-vis; travailler à l’établis- sement d’une batterie de 4 ou 5 pièces sur l’angle flanqué de ladite demi-lune, et les y faire passer à force de bras , de capestans et de chèvres; cette batterie préparée contre le milieu la courtine, et spécialement contre la tenaille et la porte de sortie pm ou on y commimique. ` Pour cet effet, il faudra bien affermir l’un des passages du fossé, et _aiin. qu’il puisse servir au ‘ canon, le paver de°·gîtes et de madriers pour le rendre plus commode, et ouvrir le chemincouvert pour achever de lui faire un passage, et à même ` temps une rampe sur la brèche pour en faciliter la 5,,,;;,,, montée; il vaut mieux mettre cette batterie sur la ,§:‘,'Q'f,fff,;É, pointe que dans le fond de la gorge , parce qn’elle g' ”f:‘f_. sera plus aisée àplacer et à servir, plongera davan- '“'“’· tage , découvrira mieux la poterne`, et la- commu- nication n’en sera pas si dangereuse qu’elle serait , si on Pavançait jusque dans la gorge; faire à même temps deux autres batteries sur les deux places d’armes du chemin convert, d’a,utant de pièces M. is. Is, k ,· et une de mortiers à pierres dans le logement «