Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ajoutons a cela que si apres avoir decombre et vide de son trou de ce qu’il y aura trouve dc-Cànou Bien ep.§eùib] e,féeh*égnu: rbuOt8’Pjg1Ãu} beaucoup a l’agrandir et enfoncer

Ce me canon <1î¤=¤1<1-îî‘ty ¤’¤¤¤eez¤î¢rî··’u*!= ’~=<>¤¤#¤·-ï j l’ëp¤•¤¤¤’ 14¤¤:s¤·` mi!-‘¤¤ =¤¤¤<W<—ë à Ñ*’*¤¤¤¤·¤ ï T ’ï£î‘9’* *P·émé" è1‘|¤1=¤

Les mineurs se relevent de deux heures en deux heures et travaillent avec toute la diligence possible —qu·g1¤·¤«aeuxpr§»«?n cugwmm. Pendant qu’ils avancent leur ouvràgè ; on fait approcher les: poudres îes· siés tènre, et ]es fumiers uéccséairés &u h0ueHemeut `dé-h’ inîne , à portée dans les plnces d’n1jmes filus pi·0éhaühes‘; les charpentiers de l'artillerîe préparent à même temps les étais, les bois, les planches pour la galerie et pour boucher.

La galerie doit avoir trois pîeds et demi de haut th Bd`"’ 5ui=iIeux._ct’ dcmî large fQç:n<î ët’·quunïl on tràïuille àux ramegxini , ou. ;·É&dit·; que l’on peut; leu} galerieïà pièds*et· demi aa haut su1‘detù de la,1·ge. .

Le mineur doit extrêmement se méfier des