Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/221

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


urs vnlcns. 1.9: E Selon. que lesouvertugres sont grandes- de Pu,ne`· Anim — à·l’autre, on y insinue quelquefois une bombe, ill? i' qui `y· fait merveille.: · B""' · D’àut1·es' fois des porte-feuur, seulement pour Pépouvantezi ; d’autres fois des grenades. : le meilleur est la `1iomhe_,- quand on le peut, car elle_ rompt la galerie. Un pétard y peut être aussi em- ' ployëjuandil y reste peu à percer; et , pour con- clusion,.on-_se fait tout du pis qu’on peut. ' Voilà 'al peu près les chicanes ·qui se font sous terre de mineur à mineur, ou les—plus sarçtereç les précàutionnés ont ordinairement l’avan- tage ; mais, quand on craint de tomber dans ces cas', le mieux_est_ de mettre la chose en deux ,· et de faire joueîunemine médiocre. dans le commen~ cement, pour crever_les galeries des ennemis et les en chasser-pour deu; ou trois joursgpendant quoifon rattàche ile mineur de notre cote, et pour le coup on`s’ei1fonce-hardiment dans la masse .du— ` rempàijt, f'. .· '· `— _ . On-`dit cliesser l’em1emi desnl gqleriepour deux outrois .jours,_"puree que la terre démentie;-se I mqz4`rtrit—(poqr parler en terme de minei1r)"li·5 ou 6 toises l’endroit`_oùjla mine a joué.,,et remplit _ tout de fumée sipuente que personne ne peut en soutenir l’odeur, ee qui ne ïfait pas lé même·eH`et 'du côté de Pnssiégeant, perce qi1’il arplus dîeixg et · · qu’il n’est_`pas question d’empl0y9t-Ale si .l0ng¤eà galeries. __ ._ " t ·· · ._ · ‘ " · • _