Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ign xrnqui _' Am., .D’autres se servent deu: à·¥ trois bombes [1,*]*:1, À? jointes enseinble pour faire cet effet; d’aut;res d?un °"“°" petit fourneau de 80 à. too lÃy1·es_de'pu¤dre_§ fait à la.hàte, pour enfoncer lafgalerie de l’•nnex£ni,· 'qui· quelquefois. vous p1=iine'·.aussi de,·son= çüté.; · comme il ne manque pps.dç.««m«1ç» p0u1·_savo=ii·'à I _ quelle distance vous etes de lui , il faut ètneîalerte, et quand le bout dela. s9ndê·pai·àît·, êtrezproinpt à.remplir_ le pmu;} quand ïil. la- retire , leîbout d’un pistolet , qui ,· étant 'int1·0duit jnste`et—à`prtsp0s . par un.hdxnxne;ass1irti`Q;-ne htànquegueeedie tuer ." le mineur·enne7ini( r-. · = .î " ¤-t` 4 i~· _.' _ · Il- faut suirre de eoup de--trois ou quatre . autres, apres quoi püçspet âme amas paurinet- toyer le 't;·on"et ne le. bt>hche··de s0n.côté.. _· · ij?" '· `- · -` , ;1·• · ' -Nota. 'Qu’il est bon ,·_dans,ces rencontres , d’être précautionné d' un plateau de bois grand-comihe un plat, dequatre pouces d’épais,,aYec une-cheville dansle milieu , pour le tenir et Yoppqser à ce trou , comme un bouclier , si Paffaire toume en dispute. ·· lilus , avoir une lance qà feu puante , toute prête I pour l’intr0duire·d¤ns le mênie trou , et, après lui · revoir donné feu , bien boucher de notre côté , afin que toute lafumée passe dansla galerie de Pennemi, d’où on le chassera pour quelque tethps ;— pendant quoi il ne fautpas rnanquer de chambrer et de lui , faire jouer —un petit fourneau qui le chasse tout-à- fa-it de sa galerie et,la crève. ‘