Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/330

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Sep un roms. Innenup du plus considérables qui iroutpu en eeeuim dern fois en dl: uns, |oQœ·le|·a¤tre• uoupetmoultnt-par tour} la mueüe, quoi fait ·elle¤ sont lion du péril; eannapœpour cinq ouai: jours; yann toujours exposée chpnis le commencement jilqiü la lin, elle sera chargée detout ce qu’il y odeplm dangereux dans unsiége, et pulgera elleaeule la moitié des périls avec toute Pari- méeçetant bien employée , elle sauvera nneinü-· ütédemondc quiseperddms les ¤iegu,Àu|e de conduite et d’adresaa. Damien oànlle se trouvera, elleauralaplusgrtndeiiartl la fabrique des retnnchemens et traverses, dla raceommodera les palissadesu ronpues, chevunde frise, relever; les pu-speuabatnh, reposera les paniers et sacs à terre que le canon aura renversés, raccommodera les communications interrompues , ponts à fleurdeau ,4traverscs, bar- rières, et pourra servù aux mines, au canon, aux· transports des munitions, et à quantité d'au- tres manœuvres de confiance , où il faut nécessai- rement des ouvriers sûrs et adroits. _ ` ' Il faut ajouter à ce que dessus , que cette compa- gnie devant étre toute composée de vieux soldats bien armés, et commandés par de bons odîcîers , pourra être de très-bon usage quand Poccasion se présentera de les employer les armesà la main, comme il peut souvent- arriver dans les sièges, Je