Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


nus pneus. 47 ` S’il n’y a point de commandement qui puisse vous servir? · i _ _ Si le terrain par où se doivent conduire les atta- ques ·est doux et aisé à remuer? . S’il est dur et mêlé· de pierres , cailloux et ro- cailles , ou de rocher pelé dans lequelon ne puisse que peu ou point s’enf0ncer? ' · t' Toutes ces différences sont considérables, car si c’est` un terrain aisé à manier, il sera aisé d’y faire de bonnes tranchées en peu de temps, et on ' y êouriftbien moins de 'risque. i ` Si]. est mêlé de pierres et de cailloux·,·il sep beaucoup plus diffieile, et les éclats ,de canon ly sont dangereux. ` · · ' - _ u —Que si c’ést un roç `dur et pelé , dans lequelon 'iufm ne puisse s’enfoneer, il faut compter dÉy_appor- fsf? gf te_r toutes les terres et matériaux donf on aura neu-?-` besoin, de faire les trois quarts de la tranchée de _' fascines et de gabions , même de ballots de bourre et de laine, ce qui `produit un long et mauvais travail qui n’est jamais à preuve du canon , et ra- rement du mousquet, et dont on neivient à bout qu’avec du temps, du péril et beaucoup de dépense ; c’est pourquoi il faut éviter d’attaquer par de telles avenues , tant que lion peut. , _ À front de place et terrainegal , il faut exami- ‘ ner et. compter le nombre des pieces àÉprendre; car celui qui en aurale moins ou depluq mau-