Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


52 nriquz ` camp du A l’égard du champ de bataille pour l’assgm; î:?:,,,'}::' blée des gardes de tranchée qui doivent lnonter, "“‘*"· comme il leur faut beaucoup de terrain,‘dhî les assemble pour ·l’ordinaire hors la portée du canon de la place , et les gafllet de cavalerie , de même ; celles-ci sont placées à!?:;: sur_ la droite et la gau- che des attaques le pluât îêouvert que l’on peut du canon; et quand il ne s’y trouve point de couvert , · on leur fait des épaulemens à quatre ou cinq cents toises de la place pour les gardes avancées, pen- dant que le gTOS se tient plus reculé et hors la portée du canon.' ' — t _ E · - Quand il se trouvequelque ruisseau ou fon- taine près -de la queue destranehéesou sur leur chemin, ils sont d’un grand secours pour les ` soldats de la garde; c’est pourquoi il faut les `gar- derpour empêcher qu’0n ne les gâte ; et quand il serait nécessaire d’en assurer le chemin par un bout de 'tranchée fait exprès ,' on n’y doit pas hésiter. ' » ` mmm du doit aussi examiner le chemin des troupes [::1::;.-¤¤ aux ttaques, qu’il faut toujours accommoder et régler par les endroits les plus secs et les plus u couverts du canon. · Q__mî" du Quand le quartier du roi s’en trouve à portée,

  • · elles en sont plus commodes, mais cela ne doit

pas faire une sujétion considérable. · · mmm du Il est bien plus important que le parc d’artil·· ·« ·*`··‘*"*°· lèrie en soit le plus près qu’il sera possible.