Page:Verhaeren - Contes de minuit, 1884.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



À L’ÉDEN.


À mon ami Paul Héger.





Le rideau de la scène tomba sur le dénouement de la pantomime.

L’Éden se vidait.

À l’extérieur, ci et là, des groupes de cocottes, marchandant à souper ; des baisers promis ; des vols de caresses ; des montées par couples, en voiture ; des adieux jetés par les por-