Page:Verhaeren - Contes de minuit, 1884.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


seul, elles se faisaient obéissantes. Son plus faible appel les créait.

Chaque nuit, le docteur venait à leurs rendez-vous. La salle était splendide ; des lames de lumière verte la traversaient. Dans les jardins s’opalisaient, à la clarté des foyers électriques, d’immenses toits de verre, où des étoffes rayées étaient tendues. Une flore exotique montait près des fontaines.

Des trapèzes pendaient au plafond des triangles, des parallèles. Les pommeaux en cuivre de leurs barres luisaient.

À moment précis, ce fut une ascension générale de tous les spectres, qui par des cables, qui par les balcons, qui par les fils de fer fixant aux quatre coins de la salle un reposoir rouge. Les moins hardis montaient aux échelles, les plus grands grimpaient les uns sur les autres