Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




HÉRÉNIEN, (s’adressant à la foule)


J’ai épuisé tous les moyens, il n’en reste qu’un. Vous le devinez
tous… Nous sommes mille, et ceux-là, quelques-uns (désignant les soldats). Il en est d’entre eux qui comptent des pères et des enfants parmi vous. Ils sont nôtres ; ils laisseront passer… Que les femmes se mettent devant : ils ne tireront pas.

S’avançant seul, pendant que la foule se masse. Aux soldats :


Celui qui vous commande vous ordonne un crime. Désobéissez. Vous en avez le droit…

Mais déjà le général a rejoint l’officier qu’il réprimande. On entend les mots « maladresse » « folie ». Le général s’avance rapidement vers Hérénien et le salue.



LE GÉNÉRAL


Jacques Hérénien, vous entrerez dans Oppidomagne. La Régence
vous y accueille.


HÉRÉNIEN


Enfin ! Je savais bien que vous aviez besoin de moi, que je sers
votre intérêt en pénétrant parmi vous.

Désignant la foule :