Page:Verhaeren - Les Flammes hautes, 1917.pdf/184

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PROMENADES


Je vis parmi les fleurs, les ruisseaux et les arbres.

La ville ? elle est là-bas
Avec ses millions de pas
Et ses carrefours d’or, de basalte et de marbre ;
La ville est loin des fleurs, des ruisseaux et des arbres.

Dès qu’un peu de soleil m’y pousse ou m’y incite,
Je fais visite,