Page:Verlaine - Hombres.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Que je t’invoque aujourd’hui

Mais quoi ton ardeur se fâche…
Ô moi lâche !
Va, tout à toi, tout à lui,


Ton caprice, règle unique.
Je rapplique
Pour la bouche et pour le cu
Les voici tout prêts, en selle,
D’humeur telle
Qui te faut, maître invaincu.


Puis, gland, nectar et dictame
De mon âme,
Rentre en ton prépuce, lent
Comme un dieu dans son nuage,
Mon hommage

T’y suit, fidèle — et galant.
1891.