Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/156

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


vers elle sa partie conique. Phénomène inexplicable jusqu’ici, mais qui servait heureusement les desseins de Barbicane.

Encore dix-sept heures, et le moment d’agir serait venu.

Cette journée parut longue. Quelque audacieux qu’ils fussent, les voyageurs se sentaient vivement impressionnés à l’approche de cet instant qui devait tout décider, ou leur chute vers la Lune, ou leur éternel enchaînement dans un orbe immutable. Ils comptèrent donc les heures, trop lentes à leur gré, Barbicane et Nicholl obstinément plongés dans leurs calculs, Michel allant et venant entre ces parois étroites, et contemplant d’un œil avide cette Lune impassible.

Parfois, des souvenirs de la Terre traversaient rapidement leur esprit.