Page:Verne - L'Agence Thompson and C°, Hetzel, 1907.djvu/72

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
64
L’AGENCE THOMPSON AND Co.

À force de s’occuper d’elles, il devenait, à leur insu et au sien même, l’ami des deux sœurs. Il devinait leurs pensées inexprimées, comprenait leurs paroles qu’il n’entendait pas. Il vivait de loin avec la rieuse Dolly, avec Alice surtout, dont, sous l’adorable enveloppe du visage, il pénétrait par degrés l’âme charmante et grave.

Mais, si c’est instinctivement qu’il s’occupait des compagnes de Jack Lindsay, ce dernier était pour Robert l’objet d’une étude préméditée. Sa première impression ne s’était pas modifiée, loin de là. De jour en jour, il se sentait porté à un jugement plus sévère. Il s’étonnait de ce voyage entrepris par Alice et Dolly en compagnie d’un tel personnage. Comment, ce qu’il voyait, lui, ne le voyaient-elles pas ?

Robert aurait été plus surpris encore s’il avait connu les conditions dans lesquelles ce voyage avait été décidé.

Frères jumeaux, Jack et Williams Lindsay avaient vingt ans quand leur père mourut, en leur laissant une fortune considérable. Mais, pareils par l’âge, les deux frères étaient dissemblables par le caractère. Tandis que Williams, continuant les travaux de son père, augmentait son héritage dans des proportions énormes, Jack, au contraire, dissipait le sien. En moins de quatre ans, il avait tout dévoré.

Réduit alors aux derniers expédients, il ne s’était pas fait faute d’y avoir recours. On parlait à mots couverts de procédés louches au jeu, de combinaisons irrégulières dans les réunions sportives, d’opérations de bourse suspectes. Sinon absolument déshonoré, il était du moins extrêmement compromis, et les familles prudentes l’avaient mis en interdit.

Telle était la situation, quand, à vingt-six ans, Williams rencontra, aima, épousa miss Alice Clarck, orpheline puissamment riche elle-même de son chef et alors âgée de dix-huit ans.

Williams, malheureusement, était marqué par le destin. Six mois presque jour pour jour après son mariage, on le rapportait mourant à son hôtel. Un accident de chasse, brutal et bête