Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
124
LA CHASSE AU MÉTÉORE

À qui donc, alors, s’adressaient les acclamations de la foule ?

« Madame… c’est un ballon ! dit Bertha. Regardez !… le voilà qui se montre derrière la flèche de Saint-Andrew. »

Descendant lentement des hautes zones de l’atmosphère, un aérostat apparaissait, en effet, salué par les applaudissements sympathiques de la foule. Pourquoi ces applaudissements ? Cette ascension offrait-elle un intérêt particulier ? Y avait-il des raisons pour que le public lui fît un pareil succès ?

Oui vraiment, il y en avait.

La veille au soir, le ballon s’était enlevé d’une ville voisine, emportant à son bord le célèbre aéronaute Walter Vragg, accompagné d’un aide, et cette ascension n’avait d’autre but que de tenter une observation du bolide dans des conditions plus favorables. Telle était la cause de l’émotion de la foule anxieuse de connaître les résultats de cette originale tentative.

Il va de soi que, l’ascension décidée, Mr Dean Forsyth, au grand effroi de la vieille Mitz, avait demandé « à en être », comme disent les Français, et il va également de soi qu’il avait trouvé en face de lui le docteur Hudelson, émettant une prétention semblable, au non moins grand effroi de Mrs Hudelson. Situation éminemment délicate, l’aéronaute ne pouvant emmener avec lui qu’un seul passager. De là, grosse dispute épistolaire entre les deux rivaux qui excipaient de titres égaux. Finalement l’un et l’autre avaient été éconduits au profit d’un tiers, que Walter Vragg présentait comme son aide, et dont il affirmait ne pouvoir se passer.

Maintenant, un vent léger ramenait l’aérostat au-dessus de Whaston, et la population se proposait de faire aux aéronautes une réception triomphale.

Mollement poussé par une imperceptible brise, le ballon, continuant sa tranquille descente, prit terre juste au milieu de la place de la Constitution. Cent bras agrippèrent aussitôt la nacelle, tandis que sautaient sur le sol Walter Vragg et son aide.

Ce dernier, laissant son chef s’occuper de la délicate opération du dégonflement, s’avança d’un pas rapide vers l’impatiente Mrs Arcadia Stanfort.

Lorsqu’il fut près d’elle :

« Me voici, madame, dit-il en s’inclinant.