Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
140
LA CHASSE AU MÉTÉORE

« Mr Proth ? demandèrent à la fois Mr et Mrs Stanfort.

— Il est absent », répondit Kate.

Les visages des deux justiciables s’allongèrent pareillement.

« Pour longtemps ? demanda Mrs Stanfort.

— Jusqu’au dîner, dit Kate.

— Et il dîne ?

— À une heure.

— Nous reviendrons à une heure », affirmèrent à l’unisson Mr et Mrs Stanfort en s’éloignant.

Parvenus au milieu de la place, qu’encombrait toujours le ballon de Walter Vragg, ils firent halte un instant.

« Nous avons deux heures à perdre, constata Mrs Arcadia Stanfort.

— Deux heures et quart, précisa Mr Seth Stanfort.

— Vous plairait-il de passer ces deux heures ensemble ?

— Si vous avez la bonté d’y consentir.

— Que diriez-vous d’une promenade sur le bord du Potomac ?

— J’allais vous le proposer. »

Le mari et la femme ne commencèrent à s’éloigner dans la direction d’Exeter street que pour s’arrêter au bout de trois pas.

« Me permettrez-vous une remarque ? interrogea Mr Stanfort.

— Je la permets, répondit Mrs Arcadia.

— Je constaterai donc que nous sommes d’accord. C’est la première fois, Mrs Arcadia !

— Et la dernière ! » riposta celle-ci en se remettant en marche.

Pour atteindre le commencement d’Exeter street, Mr et Mrs Stanfort durent se frayer un passage au milieu de la foule de plus en plus compacte rassemblée autour de l’aérostat. Et si cette foule n’était pas plus dense, si tous les habitants de Whaston n’étaient pas réunis place de la Constitution, c’est qu’une autre attraction plus sensationnelle encore absorbait en ce moment même le plus clair de l’intérêt public. Dès les premières lueurs de l’aube, la ville entière s’était portée au Palais de Justice, devant lequel une « queue » formidable n’avait pas tardé à s’allonger. Aussitôt l’ouverture des portes, on s’était rué en tumulte dans la salle du Tribunal qui fut pleine à craquer en un clin d’œil. Force avait bien été de rétrograder à ceux qui n’avaient pu y trouver place, et ce sont ces malchanceux ou retardataires qui, à titre de compensation, assistaient à l’atterrissage de Walter Vragg.