Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
139
LA CHASSE AU MÉTÉORE

« Vous avez des actes en règle ? demanda le magistrat.

— Voici les miens, dit Mrs Stanfort.

— Voici les miens », dit Mr Stanfort.

Mr Proth prit les papiers, les examina, s’assura qu’ils étaient en bonne et due forme. Après quoi, il se contenta de répondre :

« Et voici l’acte de divorce tout imprimé. Il n’y a plus qu’à y inscrire les noms et à signer. Mais je ne sais si nous pourrons ici…

— Permettez-moi de vous proposer ce stylographe perfectionné, intervint Mr Stanfort en tendant l’instrument à Mr Proth.

— Et ce carton qui fera parfaitement office de sous-main, ajouta Mrs Stanfort en enlevant des mains de sa femme de chambre une grande boîte plate qu’elle offrit au magistrat.

— Vous avez réponse à tout », approuva celui-ci, qui commença à remplir les blancs de l’acte imprimé.

Ce travail terminé, il présenta la plume à Mrs Stanfort.

Sans une observation, sans qu’une hésitation fît trembler sa main, Mrs Stanfort signa de son nom : Arcadia Walker.

Avec le même sang-froid, Mr Seth Stanfort signa après elle.

Puis chacun d’eux présentant, comme deux mois plus tôt, un billet de cinq cents dollars :

« Pour honoraires, dit de nouveau Mr Seth Stanfort.

— Pour les pauvres, » répéta Mrs Arcadia Walker.

Sans plus tarder, ils s’inclinèrent devant le magistrat, se saluèrent réciproquement et s’éloignèrent sans retourner la tête, l’un montant vers le faubourg de Wilcox, l’autre dans une direction opposée.

Lorsqu’ils eurent disparu, Mr Proth rentra définitivement chez lui, où le déjeuner l’attendait depuis trop longtemps.

« Savez-vous, Kate, ce que je devrais mettre sur mon enseigne ? dit-il à sa vieille servante, tout en fixant sa serviette sous le menton.

— Non, monsieur.

— Je devrais mettre ceci : « Ici, on se marie à cheval et l’on divorce à pied ! »