Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
150
LA CHASSE AU MÉTÉORE

« C’est par ma volonté que le bolide se rapproche de la terre, c’est chez moi qu’il tombera : c’est donc à moi qu’il appartient. »

— Et ce télégramme n’est pas signé ? demanda le délégué anglais.

— Il ne l’est pas.

— Dans ces conditions, il n’y a pas lieu d’en tenir compte, déclara le représentant de l’empire d’Allemagne.

— C’est mon opinion, approuva le Président, et je crois répondre au sentiment unanime de mes collègues en classant purement et simplement ce document dans les archives de la Conférence… C’est bien votre avis, messieurs ?… Il n’y a pas d’opposition ?… Messieurs, la séance continue. »