Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/213

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
196
LA CHASSE AU MÉTÉORE

sociétés civilisées, et l’inviolabilité du domicile privé est un axiome universellement proclamé.

Cet axiome, le propriétaire avait d’ailleurs pris soin de le rappeler à ceux qui auraient pu être tentés de l’oublier. « Défense d’entrer », signifiait formellement en trois langues la théorie des écriteaux.

M. de Schnack était perplexe. Demeurer là lui semblait bien cruel. Mais, d’autre part, violer la propriété d’autrui, au mépris de toutes lois divines et humaines !…

Des murmures, grossissant de minute en minute, se firent entendre en queue de la colonne et se propagèrent en peu d’instants jusqu’à la tête. Les derniers rangs, ignorants de la cause qui les motivait, protestaient de toute la force de leur impatience contre cet arrêt. Mis au courant de l’incident, ils ne se tinrent pas pour satisfaits, et, leur mécontentement gagnant de proche en proche, ce fut bientôt un infernal vacarme au milieu duquel tout le monde parlait à la fois.

Allait-on s’éterniser devant cette clôture ? Après avoir fait des milliers de milles pour arriver jusque-là, allait-on se laisser bêtement arrêter par un méchant bout de fil de fer ? Le propriétaire du terrain ne pouvait avoir la folle prétention d’être aussi celui du météore. Il n’avait donc aucune raison de refuser le passage. Et, d’ailleurs, s’il le refusait, c’était bien simple, il n’y avait qu’à le prendre.

M. de Schnack fut-il ébranlé par ce flot d’arguments violents ? Toujours est-il que ses principes fléchirent. Précisément en face de lui, retenue par une simple ficelle, une petite porte existait dans la clôture. À l’aide d’un canif, M. de Schnack coupa cette ficelle, et, sans réfléchir que cette véritable effraction le transformait en un vulgaire cambrioleur, il pénétra sur le territoire interdit.

Les uns par la porte, les autres enjambant les fils de fer, le reste de la foule s’y engouffra à sa suite. En quelques instants plus de trois mille personnes eurent envahi la « propriété privée ». Foule agitée, bruyante, qui commentait vivement cet incident inattendu.

Mais le silence s’établit tout à coup comme par enchantement. À cent mètres de la clôture, une petite cabane en planches, cachée jusque-là par un repli du terrain, s’était révélée brusque-